La signification du «Lavage des pieds»
de Jésus à ses Apôtres
et l’enseignement trompeur
de l’eglise de Rome

Dans le lavage des pieds, Jésus lave les pieds aux Apôtres, ceux qui L’ont suivi, et reconnu comme Christ et Maître, en abandonnant tout ce qui pouvait les séparer de l’Amour envers Leur Seigneur. Le Maître, avec le lavage des pieds, a voulu donner l’exemple de comment on doit se comporter entre frères unis dans l’unique Corps mystique, qui est Christ Eucharistie, qui est Eglise.

Christ dans le Mystère Eucharistique se donne pour faire être tous dans Son Corps mystique, dans l’unique Eglise qui sauve, l’Eglise du Christ. Au moyen du lavage des pieds, Jésus montre à Ses Amis, les Apôtres, l’esprit de service qui doit animer Son Église. Une Eglise dans laquelle on doit servir les frères, et non pas se servir d’eux, sans générer rivalités, jalousies, envies et ressentiments. Dans l’Eglise du Christ l’esprit qui doit prévaloir est l’esprit de service, et non l’esprit qui conduit les uns à vouloir prévaloir sur les autres.

Toutefois, dans l’église de Rome est en train d’être transformé la signification authentique des gestes accomplis par le Maître, pour enseigner une nouvelle doctrine humaniste, qui dans l’essence et dans la substance est antichrétienne, car trahit profondément les gestes et les enseignements authentiques du Maître Jésus.

Jésus à la Dernière Cène n’a pas lavé les pieds aux pauvres et aux marginalisés de cette époque-là, aux prisonniers ou à ceux qui professent une autre religion. Ni Marie, la Femme, la Sublime, la Bienheureuse entre toutes les femmes n’était pas présente à ce moment-là. D’autres fois, le Maître a servi les pauvres, les marginalisés, les exclus. Mais à la dernière Cène le Maître avait un autre objectif: édifier l’Esprit de Ses Amis, de Ses Frères, de ceux qui dans le temps auraient dû annoncer à tous les enseignements authentiques chrétiens.

L’Eglise du Christ se fonde sur l’Esprit du Maître et de Ses enseignements authentiques. Où l’Esprit du Christ est vivant, les enseignements du Maître sont vivants. Mais là où au contraire l’Esprit Saint n’est plus, les enseignements du Maître sont vidés de leur signification originale et sont modifiés.

Dans l’église de Rome, l’apostasie volontaire de plusieurs de ses ministres, a renié les enseignements du Christ. Chaque geste est reproposé dans la clé humaine et vidée de son essence et substance divine, pour ramener l’humanité à un nouvel humanisme qui ne met plus au centre Christ, L’Homme Dieu, ainsi comme était et est dans le Projet salvifique du Père, mais un homme, le pontife romain, et ses associés. Bergoglio veut ramener au centre l’homme, mais sans plus accoster l’homme à Dieu. Voilà la tromperie.

Dans le Projet salvifique de Dieu, Un et Trin, le Père envoie Son Fils, Christ, afin que chaque homme puisse être élevé et devenir comme Lui est. Ce faisant, les hommes, guidés par l’Esprit Saint et des enseignements du Christ, vrai homme et vrai Dieu, doivent pouvoir devenir comme Lui est: tant de  »petit Jésus ». Dans le Projet de salut voulu par Dieu Père Omnipotent seul en Christ et dans Son Eglise, s’accomplit le salut. Ceci est la vraie Pâques Chrétienne: croire au Fils, mettre en pratique Ses enseignements et de faire prosélytisme, afin que tous les hommes et les femmes de bonne volonté, croyant en Christ, l’unique Sauveur du monde, puissent recevoir en don par le Père la vie éternelle.